Drosera, vedette des tourbières

Drosera vient du Grec ancien δροσερός, droseros, qui signifie couvert de rosée. Rossolis vient du latin ros solis qui signifie la rosée du soleil.  Sur cette photo : Drosera rotundifolia à Bouverans (Doubs).

Il existe en France métropolitaine, des petites plantes carnivores aux feuilles vêtues de gouttelettes rouges. Ces petites gouttelettes sont de véritables pièges collants à insectes : un peu comme les rubans »attrape-mouches » mais en beaucoup plus joli et beaucoup plus sophistiqué.

C’est en août que Drosera rotundifolia offre ses fleurs à la vue de tous.

On pourrait croire que ce système de piégeage est passif, mais en fait non, les poils et les
feuilles s’enroulent lentement autour de la proie, dans un mouvement non perceptible à l’œil nu,  pour la digérer (une à plusieurs heures sont nécessaire pour que la feuille se replie). Cette vidéo du site arkive illustre très bien le phénomène.

On parle souvent des feuilles de Drosera, mais ce sont des plantes qui font également de très belles fleurs en été. Celles-ci sont disposé sur une hampe florale assez haute qui permet à l’insecte pollinisateur de ne pas se faire piéger.

  • Où vivent-elles ? Qui sont-elles?

Les Drosera vivent dans le monde entier. Cependant, sur la centaine d’espèces recensée, la moitié vit en Australie et trois espèces vivent en France métropolitaine et en Europe (Drosera rotundifolia, Drosera intermedia et Drosera anglica). Ces espèces protégées vivent sur des sols humides, pauvres et acides, ce sont les reines des tourbières !

Drosera rotundifolia, le Rossolis à feuilles rondes, possède des feuilles arrondies brusquement rétrécie au niveau du pétiole. Photo prise en Haute-Saône près de Ronchamps (70)

Drosera intermedia, le Rossolis à feuilles intermédiaire, possède des feuilles en forme de spatule qui se rétrécissent progressivement vers le pétiole. photo prise en Saône et Loire à la RNN de la Truchère-Ratennelle.

Drosera anglica, le Rossolis à feuilles longues, possède de grandes feuilles alongées. Photo prise à Sainte-Colombe (Doubs).

  • La pollution rendrait-elle les Droséra moins carnivores ?

Une étude récente montre qu’une quantité importante d’azote dans le sol réduit le nombre d’insectes capturés par les plantes. Le Dr Millet explique :«S’il y a suffisamment d’azote disponible au niveau de leurs racines, alors elles ne mangent pas autant (que d’habitude).»

Vous trouverez plus de détail sur cette étude sur les liens suivants : lien 1  et lien 2.

Drosera rotundifolia avec hampes florales à Frasne (Doubs)

Publicités
Cet article, publié dans Faune, Flore et cie, Flore, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Drosera, vedette des tourbières

  1. Guillaume dit :

    un bien bel article et de bien belles photos !

  2. Joli reportage qui donne envie d’aller vadrouiller dans ce coin de nature. Les photos des Droseras sont top, bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s